Cameroun

Afrique
Précédent Cabo Verde
Suivant Comores
0,25 %
Part des émissions mondiales de GES
Extrait de l'Explorateur de Données Climatiques du CAIT (2018), développé et mis à jour par l'Institut des Ressources Mondiales (WRI)
#145
Classement selon l'Indice de vulnérabilité climatique
Un nombre plus élevé signifie une plus grande vulnérabilité au changement climatique. Basé sur l'indice ND-GAIN (2019), développé par l'Université de Notre Dame.
#153
Classement au regard de l'Indice de développement humain
Un nombre bas signifie un meilleur score de développement humain. Basé sur l'Indice de développement humain (2020), développé par le PNUD.
35 %
Objectif conditionnel de réduction des émissions d'ici 2030
(par rapport aux émissions selon le statu quo)
L'objectif de réduction des émissions le plus élevé, qu'il soit conditionnel ou inconditionnel, inclus dans la CDN la plus récente du pays.
Statut de la CDN

Le Cameroun a soumis sa CDN révisée en octobre 2021.

Faits saillants de la CDN
  • Le Cameroun a augmenté son objectif d'atténuation à 35 % d'ici 2030 par rapport à 2010, objectif qui inclut une contribution inconditionnelle de 12 %. 
  • La CDN mise à jour reflète également la vision du Cameroun en matière d'adaptation, et notamment son projet de transformer les défis liés au climat en solutions de développement dans les cinq zones agro-écologiques du pays.
  • A travers la mise en œuvre de sa CDN, le pays vise à réduire la vulnérabilité des populations locales et à parvenir à un développement durable pour tous. 
Domaines d'adaptation et de résilience dans la CDN
  • Agriculture, foresterie et autres utilisations des terres
  • Énergie
  • Déchets
  • Industrie
La Climate Promise est mise en œuvre en collaboration avec des partenaires clés. Au niveau national, merci à nos partenaires :

Last Updated

28 février, 2022

Dernières nouvelles

Voir tout
Découvrez quelques-uns des faits saillants de l'ambition climatique de la région pour 2030.
Au PNUD, nous intégrons l'action climatique à la prévention des conflits et à la consolidation de la paix.
Au Sahel, où vivent plus de 300 millions de personnes, la hausse prévue des températures est 2 fois plus rapide que partout ailleurs.